Penser l’art (éditions Klincksieck)

A une époque où l’expression elle-même devient grossière, la parution de ce volume collectif auquel j’ai participé est quasiment un signe d’insolence. Merci à Marc Jimenez pour cette invitation. Et le volume sera également l’occasion de retrouver un texte de Michel Makarius (voir le sommaire en fin).

Dans ce livre, mes « Notes sur le retard ». Cela commence ainsi :

Le moment est fixé, le rendez-vous pris. On a tout organisé, tout préparé. On regarde sa montre, l’heure, l’indication. C’est maintenant !

Passé le maintenant du rendez-vous, autre chose, un autre temps, celui du retard. Le retard commence quand le maintenant n’est plus de mise, lorsque le prévu verse dans l’imprévu.

Il aurait dû être là… ce est celui de l’indication horaire et/ou spatiale. Mais il est en retard. Dès lors tout peut arriver, ou ne pas arriver.

Les personnes arrivent en retard, le courrier arrive en retard, les trains arrivent en retard… et on ne se souvient que de ceux-là. L’œuvre d’art ou la pensée peuvent-ils arriver en retard ? Non pas « trop tard », mais seulement en retard. En somme, peut-il y avoir du retard qui accomplisse l’œuvre ?

Cette vétille temporelle peut-elle être un enjeu pour l’art, pour penser l’art, certaines de ces formes, certains de ces enjeux ? Quel pourrait être l’effet retard de l’art et de la pensée, au sens quasi médical de l’effet retard ? Quelle serait donc la pharmacie stratégique du retard pour l’art ?



Ensuite, de parler des pas de côté de Socrate, des écrivains retardataires (Baudelaire, Flaubert, Benjamin), du pas en retard chez Proust ou des lignes de fuite duchampiennes.

Ces notes ont pour sous-titre : « Socrate et deux Marcel (Proust et Duchamp) »
C’est aux éditions Klincksieck.




Jean-Noël Bret : Avant-propos
Marc Jimenez : Présentation


Histoire de l’art
Jean-Lucien Bonillo : Les enseignements de l’histoire de l’architecture
Michel Guérin : L’histoire de l’art des philosophes
Nathalie Heinich : La sociologie de l’art face à l’histoire de l’art
Alain Jaubert : L’histoire de l’art en question
Michel Laclotte : Quelques notes à propos du « connoisseurship »
Nadeije Laneyrie-Dagen : L’histoire de l’art et ses images
Colin Lemoine : Henri Focillon au musée. Quand l’histoire de l’art (s’)expose…
Michel Makarius : Penser l’art
Édouard Pommier : Florence et les origines de l’histoire de l’art
Dimitri Sandler : L’oeuvre d’art peut-elle déjouer les sortilèges de sa propre histoire ?
Alain Schnapp : Les multiples dimensions de la pratique antiquaire
Jean Vion-Dury : Art, histoire de l’art et cognition. Ou l’impasse du réductionnisme en neurosciences cognitives
Sally Bonn : Conclusion


Esthétique
Valérie Arrault : Pensée scientifique, doutes artistiques
Alain Chareyre-Méjan : L’autre pensée. Conviction esthétique et luxe ontologique
Dominique Chateau : L’art pense-t-il et comment ?
Michel Guérin : Pensée de l’art, art de pensée
Pierre-Damien Huyghe : L’indifférence aux formes. Remarques sur la télévision
Marc Jimenez : Pensée, théoriser, interpréter l’art d’aujourd’hui !
Lionel Richard : D’un art d’expression à l’expressionnisme
Sébastien Rongier : Notes sur le retard. Socrate et deux Marcel (Proust et Duchamp)
Baldine Saint Girons : Penser l’architecture
Carole Talon-Hugon : Expérience esthétique de la peinture et formes singulières de pensée

Sébastien Rongier - 21 décembre 2009