Introduction en forme de (ir)résolutions









Résolution : ne pas en avoir (je veux vraiment, c’est-à-dire aucune de ces résolutions vraies qui sont celles qu’on ne tiendra jamais au-delà de leur énonciation contre-performative puisqu’elles sont de circonstance et ont souvent l’arrogance avinée).


Irrésolution n°1 : reprendre le fil de la vie de ce site en tentant au quotidien dès 2011 quelques lignes d’un Journal débordé. Parce que je donne beaucoup de temps et d’énergie à la vie de remue.net (côté administratif et organisationnel), j’ai un peu trop laissé de côté les projets personnels. Tenter de reprendre ce chemin via cet espace... se refaire ici des ballons d’oxygène. On verra bien.


Irrésolution n°2 : lister les projets en cours, les rendez-vous à prendre :

— Avancer le livre sur les fantômes. C’est une affaire de temps, une affaire de concentration que ne permet toujours pas le quotidien. Mais voilà, on avance doucement : on a traversé Platon, Aristote, Descartes, Spinoza et quelques autres. On s’achemine vers Derrida. Ensuite, on mettra entre parenthèse le Moyen-Age pour février, et on attaque l’image photographique et cinématographique.

— Reprendre le chemin de roman en cours, en attente, celui de l’enfance et de la mémoire, d’une mémoire qui vacille et butte sur une image, un départ et qui est traversée par les mémoires de l’Histoire, les nôtres, celles qui s’inscrivent en héritage dans nos chairs.

— Commencer le chantier d’une réflexion sur le stupéfiant et magnifique CosmoZ de Claro. Je viens enfin de le lire. Il était temps ! Maintenant se mettre au travail et tenter d’avancer sur cet horizon qu’on bâtit, celle de la cinématière.

— Préparer la mise en ligne d’un boulot sur L’Homme à la caméra de Vertov, travail initialement professionnel, formalisé par une demande de la Nouvelle Revue Pédagogique à l’occasion d’un numéro spécial « Ecrivains enseignants » à paraître en mars. Ayant largement, très largement débordé les demandes initiales, je retravaille une version longue, et allongée intitulée « La toupie du cordonnier ».

— Finir la préparation des prochains rendez-vous : remue.net en pointe : il y aura les 10 ans le 15 janvier 2011, une invitation France Culture (Xavier de la Porte, Place de la toile), enregistrement la 14, diffusion le 16 janvier 2011 ; 1er avril rencontre remue.net autour des éditions Argol ; et puis invitation par la Maison des écrivains à intervenir dans des lycées, d’une part comme auteur de critiques pour accompagner des lycéens participant au Goncourt des lycéens, occasion de travailler sur le dernier Mathias Enard, et d’autre part, ailleurs, cette fois-ci comme auteur de fiction... on verra tout cela.

— Dernier rendez-vous universitaire en avril avec ma participation au séminaire interarts, avec le sentiment un vague que ce dernier épisode sera pour moi une ultime activité universitaire, sans tambour ni trompette, une dernier petit tour et puis s’en va. J’y parlerai fiction et réalité dans la littérature contemporaine, avec comme contrainte personnelle, choisir uniquement parmi des parutions récentes, disons une grosse année.


Irrésolution n°3 : Se précipiter chez mon librairie au moment de la parution du dernier livre de Frédérique Clémençon, en janvier prochain, Les Petits, aux éditions de l’Olivier.


Irrésolution n°4 : Avancer (et terminer) la lecture à haute voix du Comte de Monte Cristo de Dumas.


Irrésolution n°5 : rappeler le travail fondamental de publie.net et espérer pouvoir proposer à François Bon d’autres contributions dans les temps à venir.


Irrésolution n°6 : les vœux ? A part ceux de Stéphane Hessel, je ne vois pas.


Irrésolution n°6bis : aucun achèvement à la liste des irrésolutions.





Bookmark and Share


Sébastien Rongier - 31 décembre 2010