Jean-Paul Galibert, son Eloge de la contradiction et publie.net

Quelques nouvelles de publie.net, et quelques nouvelles des essais sur publie.net. L’aventure se poursuit et l’été est l’occasion de toutes les contradictions philosophiques. Grand plaisir pour moi de poursuivre le travail avec Jean-Paul Galibert en publiant un nouveau texte Eloge de la contraction.

Les projets pour publie.net se poursuivent. Travail long d’accompagner quelques démarches et, parfois difficulté des auteurs/penseurs français de faire un saut numérique. Mais c’est une autre question.

Je reprends donc ici la petite présentation confiée au blog de publie.net.




L’œuvre de Jean-Paul Galibert est ancrée dans la pensée. Loin des simples études historiques ou des commentaires conceptuels, ses livres sont exemplaires d’une pensée en acte. Lire Eloge de la contraction ou L’idée de ludique, c’est suivre une pensée qui avance avec son lecteur. Chez Jean-Paul Galibert, le lecteur est acteur d’une pensée écrite dans une langue limpide, débarrassée d’un vocabulaire trop technique ou trop abstrait. La caractéristique de Jean-Paul Galibert est de déjouer l’attente, de créer des suspensions dans lesquelles s’engouffre le lecteur. Il retourne les évidences et place le lecteur dans une expérience de la pensée.


« Exister par la contradiction, entretenir par la critique, bâtir la cité sur une lutte à la fois respectueuse et sans faille, fonder la communauté sur le désaccord perpétuel, sans compromis ni concession, tel est l’esprit de la démocratie. Elle est bien plus qu’un beau risque à courir, puisqu’il n’y a aucune autre manière de vivre ensemble : exister, c’est coexister, faire du conflit la condition de la communauté. L’adversaire est un besoin du débat, de la pensée et de la vie. La démocratie est un jeu politique : la réalité du combat renforce la réalité de la connivence, au lieu de l’entamer. » (Jean-Paul Galibert, Eloge de la contradiction).




La pensée de Jean-Paul Galibert est une pensée de l’existence et une pensée dans l’existence. Il retrouve dans ses textes un geste philosophique essentiel : tirer de l’expérience la plus banale une matière de réflexion. Partir du petit, des petits riens du quotidien pour renverser les conventions philosophiques et ouvrir des espaces pensables inédits. En inversant le regard, et l’acte de pensée qui l’accompagne, il offre un matériau qui renouvelle notre compréhension du monde. Il agit donc en philosophe. Ses propositions partent parfois d’une proposition en apparence absurde (elle accroche le lecteur, elle le déstabilise). Ensuite Jean-Paul Galibert développe une argumentation qui, de déplacements en écarts, fait sens et interrogation. Qu’est-ce qu’ouvrir le sens à partir de la toile d’araignée ou de l’algue, c’est apprendre une pensée libre et ouverte qui prend les chemins de traverse de la philosophie pour un véritable bonheur d’écriture




Dans L’idée de ludique, Jean-Paul Galibert avait éprouvé son bestiaire philosophique (fourmi sur son arbre, algue, papillon). Dans Eloge de la contradiction, il poursuit avec la puce et élargit la question de la ludique en interrogeant l’idée de jeu, de contradiction. Ce que nous donne à éprouver Jean-Paul Galibert, c’est la contradiction comme expérience, la contradiction comme cœur même de l’existence.


« L’existence est un art ludique, puisque c’est l’art d’être simultanément tout ce que l’on n’est pas. Nous n’avons pas d’autre réalité que le lien, le dosage, l’harmonie de l’ensemble de nos fictions. Entre le réel et la fiction, la seule différence est le nombre. Si chacun d’entre nous n’était pas si nombreux, il serait strictement fictif. Mais nous sommes tellement fictifs, nos fictions constitutives sont d’un nombre tel, que ce degré de fiction confine à la réalité. Sans doute ne serions nous qu’imaginaires si nous n’étions pas si complexes. On ne peut être qu’un peuple. » (Jean-Paul Galibert, Eloge de la contradiction)





Agrégé, docteur en philosophie, Jean-Paul Galibert anime un blog sur la philosophie de l’inexistence. Il est responsable de la philosophie pour le site lelittéraire.com. Collaborateur de divers sites et revues, il vient de publier Suicide et sacrifice, aux éditions Lignes. Il a précédemment publié L’idée de Ludique (Publie.net) Invitations philosophiques à la pensée du rien (Léo Scheer), et Socrate, une philosophie du dénuement.


Sur remue.net, il a ouvert la chronique « Alphabet de l’existence »









Bookmark and Share


Sébastien Rongier - 11 juillet 2013