Photo-graphie

Un appel, un jour, c’est un photographe. Il appelle pour fixer un rendez-vous, pour le livre. La (les) photo(s) pour le livre.

On n’y pensait pas. Et ça nous tombe dessus. Il ne sait pas au téléphone qu’on a oublié d’être photogénique et qu’il n’est jamais facile de se retrouver devant ce regard outillé.

Rendez-vous pris. On fera ça chez l’éditeur le lendemain.

Plus d’une heure trente de séance, presque aussi patient l’un que l’autre, il aura essayé de faire sourire allant même jusqu’à dégainer une blague autour d’une mère juive. Très drôle, sa blague. Et le flottement après quand il se souvient du livre, quand j’ai répondu à sa question au début de la séance. « Alors ça parle de quoi votre bouquin ? »

Après sa blague. Une pause. Une incertitude. On le rassure. Il continue, cherche une lumière, un regard, quelque chose qu’on n’est pas sûr d’avoir donné.

A la fin de cette séance on est rincé. C’est un vrai boulot. Et sans doute pas envie de ce travail-là, être photographié.

Le drôle de photographe qui a cherché un sourire, on ne savait même pas qu’on connaissait son travail.

On peut découvrir ses bobines, sorte de journal photographique entre travail et hasard. Et particulièrement ce boulot-là, un vrai voyage avec Antoine.

Le photographe s’appelle Bruno Lévy. Il a également son propre site ici.

Sébastien Rongier - 28 novembre 2008