Le Roman, le réel de Philippe Forest

La ligne théorique de Philippe Forest est claire et puissante. La rapport au réel, constamment distingué de la réalité entendue comme simulacre d’objectivité, est une confrontation à l’impossible.

Double écho, double tutelle, double référence déterminante :

- « Le Réel, c’est l’impossible » Lacan
- « L’impossible, c’est la littérature » Bataille

La thèse Forest est : le roman est confrontation à l’impossible, à la déchirure du réel. Posant une nécessité consciente de son impossibilité, la nécessité d’aller au devant de ce qui se dérobe, de ce qui se pose comme déchirement, vacillement, vertige, rebut et incertitude, Philippe Forest déploie la dimension aporétique du roman.

Et on souscrit volontiers à cette thèse, énoncée ainsi au début du livre :

Le roman répond à l’appel du réel – tel que cet appel s’adresse à chacun dans l’expérience de l’ « impossible », dans le déchirement du désir et celui du deuil (…). Quelque chose arrive alors qui demande à être dit et ne peut l’être que dans la langue du roman car cette langue seule reste fidèle au vertige qui s’ouvre ainsi dans le tissu du sens, dans le réseau des apparences afin d’y laisser apercevoir le scintillement d’une révélation pour rien (…). Tel est le réalisme du roman qui procède de l’existence afin d’en produire une représentation qui rende compte de l’expérience vécue (…) et dont se déduit une vérité, le labeur de l’écrivain consistant à la reprendre sans fin, à s’en revenir sans cesse vers elle (…) [1]


L’ensemble des articles qui composent ce livre vient travailler la thèse, la nourrir, l’éclairer, souligner les angles obscurs (belle discussion autour de l’autobiographie, autofiction, hétérograhie, et « roman du Je »).

Un regret cependant. Moins un regret qu’un constat (Forest avance avec ses références, et pas nécesairement d’autres), l’absence de rapport avec la pensée d’un Adorno ou Benjamin (la question du rebut, de la parole inquiète, etc.). Car il y aurait bien des choses à tirer de cette pensée de la mutilation qu’est l’esthétique négative d’Adorno. On comprend bien pourquoi Forest va du côté de Bataille. Mais sur ce terrain, c’est dommage de se passer de tels éléments. Un regret tout de même, cette référence à à LA phrase d’Adorno autour de la poésie, et le contresens qui inévitablement l’accompagne dans le raccourci qu’on en fait.

Une discussion à ouvrir autour de cette déchirure fondamental du roman (on irait jusqu’à dire : de l’écriture), Forest évoque souvent l’impossible réconciliation dans ce livre ou dans l’entretien dans Devenirs du roman qui donne un bon condensé du livre :

Le texte romanesque n’est l’espace d’aucune réconciliation, d’aucun salut donc, juste celui d’une déchirure par laquelle passe le jeu d’une incessante circulation qui nous met en relation avec la vérité – elle-même déchirée – de nos vies. » [2]


Ou encore dans Le Roman, le réel :

A la mythologie consolatrice qui lui dérobe la part la plus sombre de la condition humaine, l’individu, l’écrivain lorsqu’il se trouve confronté à l’irrémédiable, plutôt que de chercher appui du côté des légendes falsificatrices qui lui enseignent à se résoudre à l’inacceptable, doit opposer une parole irréconciliée, une parole de révolte et non d’assentiment obstinément fidèle à la vérité déchirée de l’inguérissable. [3]


Dans un autre contexte, j’ai voulu, dans un bout de concept, travailler cette piste en parlant d’inconciliation.

A discuter.

Sébastien Rongier - 28 novembre 2008

[1] Le Roman, le réel, Editions Cécile Defaut, 2007, p. 8

[2] « L’expérience nue du réel. Entretien avec Philippe Forest », dans Devenirs du roman, Inculte-Naïve, 2007, p.175

[3] Le Roman, le réel, Editions Cécile Defaut, 2007, p. 230