Jean-Luc Nancy et les éditions La Phocide

Le bord est cela par où la limite fait contact ou se fait elle-même contact. Sur la limite, les singuliers sont bord à bord. Ils se touchent ainsi, c’est-à-dire qu’ils s’écartent de rien : très exactement, du rien qu’ils ont en partage. Les bords sont les uns pour les autres dans le double rapport de l’attraction et de la répulsion. Par le bord, on peut aborder à l’autre bord, voire se livrer à un abordage. On peut aussi déborder, précisément pour aborder de l’autre côté, à moins de se répandre seulement dans le rien de la limite : cela dépend de l’énergie, de l’impétuosité avec laquelle on s’élance.



Jean-Luc Nancy, Le poids d’une pensée, l’approche, Editions de la Phocide, 2008, pages 131-132.

Voir également un compte-rendu sur remue.net.

Sébastien Rongier - 28 novembre 2008