Au départ de 78

Il faudrait se replonger dans un passage du précédent roman, Ce matin, paru en 2009 chez Flammarion.

A la page 186 de Ce matin, on peut lire :

« L’Ecu. Un endroit, une brasserie qui n’en est plus une. Un bar, une pizzeria clinquante et sans personnalité. Ancienne brasserie. Un souvenir comme un trou noir. Une autre histoire. »



78 est l’exploration de cette phrase, ce trou noir, cette ellipse nominale. 78 est cette histoire cachée dans les plis d’un précédent livre, son récit et son débordement.

Sébastien Rongier - 2 juin 2015