Liste des livres qu’on...

Liste des livres qu’on a lu
(et dont on me pourra pas parler parce que le temps manquera)




— Frédérique Clémençon, Traques, Editions de l’Olivier, 2009.
Sur les conseils de mon libraire. Magnifique de distance. Les récits s’enroulent, se croisent.

— Sylvie Gracia, Une parenthèse espagnole, Verticales, 2009.
C’est un grand livre. Je l’ai évoqué ici.

— Tanguy Viel, Paris-Brest, Editions de minuit, 2009. Il sait faire le garçon.

— Mathias Enard, Zone, Actes Sud, 2008.
Lu (souvent dans les transports, notamment trains de banlieue... pour se donner un air de proximité, mais une lointaine proximité). Beau pavé. Comme dit Claro, un livre-monstre, une mégalomachine. On se laisse emporter par cette spirale. Une remarque cependant. On a beaucoup lu et entendu que le livre était constitué d’une seule phrase. C’est faux. Si mes souvenirs sont justes, la première phrase du livre ne commence pas par une majuscule. On commence donc le livre au milieu de cette phrase. Un fragment en somme.

— Jane Sautière, nullipare, Verticales, 2008.
Radical et violent. Un livre puissant.

— Rouja Lazarova, Mausolée, Flammarion, 2009.
La vie bulgare sous le régime communiste et l’image du mausolée comme identification du régime. Se sont greffés mes propres souvenirs d’une Bulgarie juste post-communiste dans les années 1990.

— Antoine Emaz, Cambouis, Seuil, 2009.
C’est le dernier livre de la collection Déplacements. Donc grande tristesse. Mais quel signe final.
Le livre d’Emaz est une suite de remarques sur la vie de l’écrivain et de l’écriture. Le jardin, la tambouille, celle qui mitonne sur le feu de la cuisine, celle qui se passe entre les lignes et la suspension des mots. On a envie de d’annoter chaque fragment. C’est un grand livre d’une très grande générosité.

— Frédéric Boyer, Orphée, P.O.L, 2009.
Le livre est arrivé au moment précis de mon travail et de l’immersion autour d’Orphée et Eurydice.


— Laclos, Les liaisons dangereuses.
Ben oui.


— Eric Vigne, Le livre et l’éditeur, Klincksieck, 2008.
Relecture pour préparer la rencontre.


— Catherine Malabou, Ontologie de l’accident. Essai sur la plasticité destructrice, Editions Léo Scheer, 2009.
Réflexion que Malabou creuse de livres en livres. Ici une proximité avec l’intimité. Et l’envie sur quelques pages d’envoyer Ce matin. Il me faudra pourtant reprendre la lecture de ce livre.



Liste des livres qu’on est en train de lire


— Jean Rolin, Un chien mort après lui, POL, 2009.

— Marie Cosnay, Entre chagrin et néant, Editions Laurence Teper, 2009.

— August Wilhelm Schlegel, La doctrine de l’art, Klinckseick, 2009.

— Leslie Kaplan, Mon amérique commence en Pologne, P.O.L, 2009.

— Claro, Le clavier cannibale, Inculte, 2009.

— Nicolas Pesquès, La face nord de Juliau, André Dimanche, 1997.

— Philippe Vasset, Journal intime d’un marchand de canon, Fayard, 2009.




Les livres qu’on va bientôt lire



— Christian Ruby, L’interruption. Jacques Rancière et la politique, La Fabrique, 2009.

— Jean-Pierre Martinet, Jérôme, Finitude, 2008.

— Pierre Bergounioux, Une chambre en Hollande, Verdier, 2009.

— Tôge Sankicri, Poèmes de la bombe atomique, Editions Laurence Teper, 2008.

— Jérôme Mauche, Le placard en flamme, Le bleu du ciel, 2009.

— Franck Smith, Dans Los Angeles, Le bleu du ciel, 2009.

— Guy Lelong, Le stade, Les petits matins, 2009.

— Mathieu Larnaudie, La constituante piratesque, Editions Burozoïque, 2009.

— Ultralab, Editions Burozoïque, 2009.

— Joseph Déjacque, L’humanisphère, Editions Burozoïque, 2009.

— Richard Shusterman, L’objet de la critique littéraire, Questions théoriques, 2009.

Jean-Marie Gleize, Sorties, Questions théoriques, 2009.




Et tout ce qu’on oublie : les livres, les articles pour le travail.

Sébastien Rongier - 11 avril 2009